20.01.2014

Un nouvel accord pour l’avenir de l’industrie sidérurgique au Luxembourg

ArcelorMittal a signé hier soir avec son syndicat majoritaire, l’OGBL, un protocole d’accord sur la nouvelle convention collective de travail au Luxembourg. Dans la conjoncture économique actuelle difficile, cet accord est un jalon important dans la stratégie de la société pour renouer avec la compétitivité.

Le protocole d'accord inclut des éléments industriels et sociaux qui aideront la société à atteindre ses objectifs d’un avenir durable pour la sidérurgie au Luxembourg. « Nous avons désormais une solution qui reflète la réalité économique et sociale d’aujourd’hui au Luxembourg. Nous espérons que le LCGB parviendra également à ce résultat à l’issue de ses discussions internes. Nous continuerons à coopérer avec tous nos partenaires sociaux pour prendre les mesures nécessaires afin que nos produits sidérurgiques à forte valeur ajoutée maintiennent  leur position sur les marchés  », affirme Valérie Massin, coordinatrice Ressources Humaines à ArcelorMittal Luxembourg. 

Les principaux points du protocole d’accord comprennent la première phase d’un investissement de 35 millions d’euros au Train 2 à Belval pour moderniser la production de palplanches. Cet investissement interviendra en 2014 et 2015. Par ailleurs, ArcelorMittal investira aussi dans des installations logistiques de Belval et dans l’atelier de finissage de Differdange. De plus, la société confirme qu’elle maintiendra la production à son laminoir de Rodange en 2014 et au-delà, sous réserve du niveau de la demande et de la rentabilité de l'activité.

Parmi les autres points, la nouvelle convention collective de travail prévoit qu’il n’y aura pas de hausse générale des salaires pour les années 2014 et 2015. Cela va de pair avec la mise en place d’un nouveau système d’évolution de carrière. De plus, la société a donné son accord à un nouveau système de bonus plus favorable, axé sur les performances annuelles et mensuelles. Le nombre de jours de congé supplémentaires sera réduit jusqu’en 2016 de 12 à 3, les jours de congé payés seront alors de 28 jours. À partir de 2016 et au-delà, de nouvelles journées supplémentaires de congé seront introduites, sur la base de l’ancienneté et dans le cadre de l’harmonisation des statuts ouvriers et employés.

Retour aux nouvelles