2014 : 2 625 913 tonnes

2015 : 2 594 935 tonnes

2016 : 2 563 101 tonnes

2014 : 87,6 %

2015 : 89,1 %

2016 : 88,4 %

2014 : 94,8 %

2015 : 95 %

2016 : 95 %

 

Organisé par le journal britannique The Economist les 13 et 14 novembre 2017, l’évènement visait à analyser l’écosystème des nouveaux matériaux, de la Recherche & Développement à la chaîne d’approvisionnement en passant par les applications. Divers sujets ont été abordés pendant ces deux jours : l’efficacité et la durabilité de l’écosystème, l’analyse du cycle de vie, le rôle des matériaux mais aussi celui du gouvernement dans l’innovation, et enfin l’influence des nouvelles méthodes de design et de production sur l’industrie.


Carl de Mare, Vice-Président en charge de la stratégie technologique chez ArcelorMittal chez ArcelorMittal a participé au panel de discussion sur les meilleures pratiques liées au développement de nouveaux matériaux. Les débats ont notamment gravité autour de la responsabilité des producteurs vis-à-vis du cycle de vie de leurs produits, de l’extraction des matières premières à son recyclage en passant par sa production et distribution. L’évaluation des impacts sociaux et environnementaux des matériaux mais aussi le poids gouvernemental pour promouvoir une utilisation efficiente des matériaux ont également rythmé les échanges.
Carl a souligné la manière dont ArcelorMittal a utilisé les 17 objectifs de développement durable (ODD) pour développer sa propre approche autour des 10 enjeux de développement durables. Il a rappelé que l’acier est déjà produit de façon très efficiente, et que nous cherchons les moyens d’exploiter les déchets d’autres industries pour accroître encore davantage notre efficience. Il a attiré l’attention sur le fait que l’acier nécessaire pour permettre notre style de vie occidental est d’approximativement 10 tonnes par personne. Aujourd’hui, environ 30 milliard de tonnes d’acier est déjà en circulation au sein de l’économie mondiale, cette quantité devra ainsi doubler si nous voulons fournir un style de vie similaire aux 9 milliard de personnes à partir d’acier recyclé d’ici 2050.  Il a également parlé d’un futur où le carbone pourra être transformé en éthanol au lieu d’être incinéré pour générer de l’énergie, elle-même disposant d’une empreinte carbone réduite grâce aux sources renouvelables.

Olivier Vassart, Directeur de la R&D Construction chez ArcelorMittal a participé au groupe de travail sur la construction avec Eurobeton et Arup. Il a rappelé que la sidérurgie intègre l’économie circulaire depuis déjà de nombreuses années en utilisant des mitrailles dans le processus de production, particulièrement dans les fours électriques où l’acier est fabriqué à 99% de matières recyclées. Son potentiel est surtout à exploiter lors de la phase de conception afin que les produits puissent être réutilisés lors du démontage des bâtiments, à l’instar du réemploi des palplanches, pouvant être louées par nos clients. En rappelant le principe d’écodesign Cradle-to-Cradle (berceau au berceau) de l’architecte William McDonough, il souligne le rôle clé de l’architecture pour la durabilité des matériaux et des solutions construction, acier ou mixtes. Arup a ainsi rappelé les attentes clients et celles de la supply chain en termes de coût, de qualité et de développement durable. La session s’est conclue sur les technologies en développement, notamment de capture et d'utilisation carbone (CCU : Carbon Capture & Utilisation) pour réduire l’empreinte CO2 des matériaux existants.